Fever

Brésil : Rififi au supermarché !

Ce tract a été distribué dans plusieurs supermarchés de São Paulo et d’autres villes du Brésil, dans les dernières semaines.

Tout le monde sait que notre travail est essentiel en ce moment, mais personne ne se soucie de savoir si nous tombons malades. S’il n’y a plus de caissiers, de dépôt, de nettoyage du supermarché, comment les gens pourront-ils continuer à acheter de la nourriture pendant la pandémie ? Nous n’avons aucune protection contre le virus sur notre lieu de travail.
Que pouvons-nous exiger des entreprises pour que nous puissions continuer à travailler ?
Un congé immédiat pour tous les travailleurs qui (1) font partie de groupes à risque ; (2) sont suspectés d’avoir été contaminés ; (3) ont des membres de leur famille proche qui sont à risque. Tous les travailleurs doivent recevoir un salaire complet pendant leur absence. Pas de licenciements pendant la période critique ; Les postes de travail, les salles de bain et autres installations doivent être désinfectés en permanence. Les horaires de travail doivent être modifiés afin d’éviter les heures de pointe pour les trajets domicile-travail. Le nombre de personnes qui entrent dans les magasins doit être contrôlé, comme cela se fait déjà dans d’autres pays.

Ce sont les mesures les plus fondamentales. Beaucoup d’autres peuvent être nécessaires.
Comment pouvons-nous y parvenir ? Avec un minimum d’organisation. En parlant immédiatement à nos collègues de travail, en rassemblant autant d’employés possible, soit personnellement, soit par l’intermédiaire de WhatsApp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *